«Le smartphone pourrait théoriquement remplacer le porte-monnaie très bientôt déjà».

Près de 20% des Suissesses et des Suisses ont déjà payé leurs achats via leur smartphone. Selon l’étude «Le portefeuille remplacé par le smartphone?» du cabinet de conseil Deloitte, cette part devrait doubler dans un avenir proche. Konstantin von Radowitz, de Deloitte, est persuadé que le paiement mobile s’imposera très prochainement.

Selon votre étude, de quelle façon les Suissesses et les Suisses utilisent-ils le paiement mobile?
Le paiement mobile est un terme très large qui englobe, en plus du paiement à la caisse d’un magasin, le paiement sur Internet ou le paiement peer-to-peer. En ce qui concerne le paiement dans les commerces, l’on distingue deux solutions: les produits sont payés soit via l’app du commerçant, soit via un fournisseur tiers. Les apps de Coop, Migros, Manor ou Starbucks sont des exemples de la première solution. Selon notre étude, 27% des utilisatrices et des utilisateurs suisses de paiement mobile emploient exclusivement de telles apps. En revanche, 54% utilisent exclusivement les services de fournisseurs tiers. Ici, TWINT, Apple Pay et Samsung Pay dominent le marché. 19% des utilisatrices et utilisateurs ont recours aux deux solutions.

Pour quelles raisons les utilisatrices et les utilisateurs recourent-ils au paiement mobile?
Notre sondage a montré qu’il s’agit en premier lieu de ne pas porter d’argent liquide ou de cartes bancaires sur soi. Plus le nombre de cartes intégrables au smartphone (carte de fidélité, abonnements, badges, etc.) est élevé, plus cet avantage est intéressant. De ce point de vue, le smartphone pourrait théoriquement remplacer le porte-monnaie très bientôt déjà.

Comment ce marché se développera-t-il?
Le marché se développe de façon relativement dynamique. Le potentiel du paiement mobile étant immense, le marché devrait croître en conséquence, et ce pour deux raisons. Premièrement, le taux d’utilisation est relativement élevé, avec 17% de toutes les consommatrices et de tous les consommateurs en Suisse. Si ces personnes sont encouragées à utiliser leurs apps de paiement plus souvent, les volumes de transactions augmenteront rapidement. Deuxièmement, 14% des sondés n’utilisant pas encore ces solutions ont indiqué vouloir essayer le paiement mobile dans les mois à venir.

Ceci veut-il dire qu’une part importante des Suissesses et des Suisses ont certes installé des apps de paiement mobile mais qu’ils ne les utilisent que rarement?
De nombreuses personnes sont certainement ouvertes aux nouvelles technologies et ont déjà essayé les nouvelles solutions de paiement. Toutefois, il faut du temps pour que ces solutions s’établissent solidement et soient utilisées de manière soutenue. Le processus a été similaire pour les autres solutions de paiement numériques. À ceci s’ajoute que de nombreuses consommatrices et de nombreux consommateurs utilisent en premier lieu les fonctions complémentaires, comme les virements directs à des tiers (peer-to-peer) et non la fonction de paiement.

Peut-on en déduire que les Suissesses et les Suisses privilégient encore l’argent liquide?
La Suisse est un pays de l’argent liquide, en effet. Aujourd’hui encore, les commerces réalisent la moitié de leur chiffre d’affaires en espèces. La situation est très différente dans des pays comme les États-Unis ou la Suède, où les modes de paiement numériques représentent la plus grande partie du chiffre d’affaires depuis bien longtemps déjà. C’est une question d’habitude. Ici en Suisse, beaucoup ne souhaitent pas que leurs transactions soient enregistrées. Néanmoins, la tendance à long terme va vers le mode de paiement numérique dans notre pays aussi. Ces 17 dernières années seulement, la part de l’argent liquide dans le chiffre d’affaires des points de vente stationnaires a reculé de 25%. Si nous utilisons notre smartphone pour des activités quotidiennes toujours plus nombreuses, le paiement via ces appareils deviendra une routine.

Selon votre expérience, que doit proposer une solution de paiement mobile pour s’imposer avec succès sur le marché?
Du point de vue des clients, les facteurs décisifs sont la convivialité de l’utilisation, la sécurité et la polyvalence. En d’autres termes, l’app de paiement devrait être rapide, fiable et utilisable dans le plus grand nombre possible de commerces.

Comment ferons-nous nos achats et comment paierons-nous à l’avenir?
En tant que canal de vente, Internet gagnera encore en importance. Les chiffres d’affaires en ligne enregistrent une croissance exponentielle depuis des années en Suisse. Avec 7%, leur part dans le chiffre d’affaires total reste toutefois relativement modeste. Cette proportion devrait passer à 11% d’ici à 2022. Autrement dit, 89% des chiffres d’affaires seront toujours réalisés dans les points de vente. Le fait de se rendre dans les magasins reste important pour la majorité des consommatrices et des consommateurs. Les technologies numériques et les canaux en ligne jouent toutefois un rôle de plus en plus considérable, car la plupart des clientes et des clients s’informent aujourd’hui via leur smartphone sur les produits, les prix et les évaluations, et ce avant ou durant leurs courses. Les clients peuvent obtenir des informations telles que les délais de livraison, les tailles et les couleurs disponibles directement sur place et ont la possibilité de scanner les produits avec leur smartphone. Si la facture est elle aussi réglée avec le smartphone, les caisses deviendront obsolètes.Konstantin von Radowitz

Konstantin von Radowitz dirige le département Consumer & Industrial Products du cabinet de conseil Deloitte Suisse. Il est en plus responsable de l’équipe M&A Transaction Services. Il dispose de plus de 20 ans d’expérience dans le conseil sur les marchés suisse et étrangers.

L’étude Deloitte «Le portefeuille remplacé par le smartphone?» s’intéresse à l’utilisation croissante et au potentiel des systèmes de paiement numériques dans le commerce de détail en Suisse. Des entretiens d’experts avec des représentantes et des représentants de différents détaillants et 1 000 personnes domiciliées en Suisse ont été menés à cet effet.

Retour

Télécharger l’app TWINT maintenant

Peu importe votre banque: TWINT est disponible pour tous. Le mieux est de choisir l’app TWINT d’une banque auprès de laquelle vous avez un compte. Vous pourrez ainsi connecter l’app à votre compte bancaire.

Aller en haut